web 2.0

Je remonte la pente tranquilement pas vite.

Je remonte la pente tranquilement pas vite, une semaine si difficile, je ne me souviens pas avoir eu si mal aux muscles et aux articulations. J ai eu mal avant mais comme ca, jamais autant mais bon ca semble vouloir s ameliorer, le jour ca peut aller mais c est le soir et la nuit ou cela devient carrememt insupportable. J ai pris tellement d advil que j en ai eu mal a l estomac et les tylenols, direction toilette ca me donne la diarrhe comme si j avais besoin de cela, alors... la j alterne entre l un et l autre. Cette nuit incapable de dormir, pourtant je m endors mais j ai mal. C est cela qui est le pire, la souffrance physique et avoir l impression de transporter 10 tonnes sur les epaules tellement qu on a pas d energie.

C est difficile de comprendre pour ceux qui n ont pas vecue cette experience. La premiere fois on a l energie de se battre, on ne sait pas comment on va y arriver mais on sait que l on veut gagner et ce a n importe quel prix. Lorsqu on a reussie on est fier d avoir battu le crabe, on se dit qu on a ete plus fort que lui.

La 2ieme fois on est sous le choc mais on se dit que si on a reussit a le battre une fois on peut y arriver encore une fois. La bataille est plus dure physiquement et emotivement on se rappelle de la premiere fois, alors on essaie de mieux concentrer nos forces pour battre cet ennemie.

la 3ieme fois on prends conscience que l ennemi prend du terrain sournoisement, puisque le delai de rechute est plus court que la 2ieme fois. On commence a etre essoufle, on sait parfaitement par ou on va passer et on continue le combat mais on realise qu il se peut que l on ne gagne pas cette fois-ci alors on y met toute l energie du desespoir pour combattre se fichue crabe.

la 4ieme fois on sait que l on partage un tout petit bout de terrain avec le crabe, parce que celui-ci a pris ses aises il est tellement bien dans notre corps que c est a peine s il point son nez dehors pour revenir s installer dans ses quartiers. Notre artilerie pour le deloger est de plus en plus puissante mais en meme temps nos troupes sont tellement affaiblies par tant de batailles.

Si je pouvait seulement lever un foulard blanc en signe de paix et de negociations mais non car le jour ou je leverai ce foulard, se sera pour le laisser tomber et lui laisser gagner la guerre que l on meme depuis 15 ans. L idee m a traversee de laisser la vie decidee, me laisser porter par les evenements et ne plus souffrir.

Je tiens toujours mon foulard blanc tres serree entre mes doigts, je suis couchee sur le ring et je n ai pas dit mon dernier mot

Tags:

tumeur au cerveau - 4ieme round

Ajouter un commentaire

  Country flag

biuquote
  • Commentaire
  • Prévisualiser
Loading