web 2.0

La barrière hémato-encéphalique n'est plus une limite.

Des scientifiques de l'Incubateur en science de la vie (LSI) [1] de Bonn (Rhénanie du Nord-Westphalie) ont développé un vecteur de médicaments capable de passer la barrière hémato-encéphalique. Cette méthode ouvre de nouvelles perspectives pour le traitement de maladies du cerveau telles que les tumeurs cérébrales ou la sclérose en plaques.

La barrière hémato-encéphalique est un filtre naturel permettant de prévenir l'entrée de pathogènes dans cet organe essentiel qu'est le cerveau, mais empêche aussi les médicaments d'y pénétrer. La nouvelle stratégie est basée sur des capsules de protéines de synthèse nommées "Virus-Like-Particles" (VLP). Les VLP sont déjà utilisées depuis quelques années dans la recherche en immunologie et même dans certains vaccins. C'est cependant la première fois qu'elles sont destinées à transporter des médicaments. Les chercheurs ont donc synthétisé des enveloppes de quelques millionièmes de millimètre, des "Engineered Protein Capsules" (EPC), qui peuvent être chargées avec des substances actives et, de par leurs propriétés moléculaires, sont programmées à livrer ces médicaments dans les neurones.

Le nouveau procédé a été testé sur des souris, auxquelles les scientifiques avaient injecté un marqueur, qui a, par la suite, été retrouvé dans leur cerveau. Des analyses ont également montré que la molécule transportée était encore fonctionnelle à son arrivée dans les cellules nerveuses.

Après cette phase d'incubation, une start-up va maintenant être créée pour continuer de développer cette technologie. "Nous allons à présent poursuivre les expériences avec des souris et tester différentes substances actives pour le traitement de tumeurs cérébrales. Nous espérons pouvoir commencer les premières études sur des patients d'ici deux à trois ans" explique Heiko Manninga, Chef du projet. Lui et ses collègues souhaitent tout d'abord s'attaquer au glioblastome multiforme (GBM), une forme particulièrement agressive de tumeur cérébrale. Les maladies neurodégénératives, telles que la sclérose en plaque, devraient aussi pouvoir profiter du nouveau procédé. Cette entreprise sera la première du LSI.

--

[1] Le LSI a été créé en 2009 par la "Max-Planck-Innovation", l'organisation de transfert de technologies de la Société Max Planck, avec pour objectif de faciliter la création d'entreprises dans le domaine des sciences de la vie. Il est soutenu par le Ministère fédéral de l'enseignement et de la recherche (BMBF) et par le Land de Rhénanie du Nord-Westphalie.

 

SOURCE: Bulletin-électronique.com

Ajouter un commentaire

  Country flag

biuquote
  • Commentaire
  • Prévisualiser
Loading