web 2.0

Et le sexe dans tout ça!

Un des sujets qui me semble important de parler est évidemment, la sexualité. Je me souviens la première fois, je n’avais osé en parler avec mon oncologue, était-ce parce qu’il était un homme que cela me gênait ou bien encore, qu’il me semblait évident que je n’aurais pas de vie sexuelle. Toujours est-il que lors de ma rechute 9 ans plus tard, j’en ai discuté avec mon oncologue qui cette fois-ci était une femme. Je me sentais plus à l’aise de lui poser des questions d’ordre plus intime. Ce qui est important de savoir, c’est que l’on peut continuer d’avoir une vie sexuelle active, cependant il faut s’attendre à ce que cette maladie modifie nos habitudes sexuelles, notre désir et notre perception de nous-mêmes.

 

Il va sans dire que la communication entre les partenaires est primordiale, car vous pourriez découvrir que vos positions sexuelles deviennent inconfortables et même douloureuses ou encore n’avoir aucune envie de contact physique, quel qu’il soit. Mais n’ayez crainte, ce n’est que temporaire dans la plupart des cas. Et puis, il ne faut pas oublier que même si aucune activité sexuelle n’est possible, il reste l’intimité et la chaleur physique qui demeurent importantes. On ne peut pas savoir réellement comment le cancer et les traitements modifieront notre vie sexuelle, si ce n’est que cela aura des répercussions sur notre production d’hormone, ou encore sur notre capacité à donner ou recevoir du plaisir sexuel, notre perception de nous-mêmes (image corporelle), nos émotions telles que la peur, la tristesse, la colère sont reliées.  De là, l’importance d’une bonne communication entre les partenaires.

 

Pendant et après les traitements, on se sent épuisées et nous n’avons pas d’énergie. Si vous avez déjà commencé vos traitements, vous avez déjà vécu cette fatigue qui est très différente d’une fatigue résultante d’activités physiques. Il donc important de prévoir des moments de repos durant la journée et pourquoi pas des poses d’intimité avec votre partenaire. Rassurez-vous, le fait d’avoir une vie sexuelle lorsqu’on a le cancer ou que l’on suit un traitement n’aggrave pas ou ne propage pas le cancer. Votre partenaire ne peut pas attraper le cancer. Il se peut cependant que vous viviez une perte de désir, c’est normal et fréquent. La fatigue, vos préoccupations concernant votre santé et même un dérèglement de vos hormones peuvent modifier votre désir sexuel. Je me répète encore, ne vous inquiétez pas, habituellement le désir sexuel revient quelque temps après la fin du traitement.

 

Dans l’article précédent, je vous ai parlé de comment se sentir belle et je vous confiais que cela commençait par nos cheveux. Je n’ai pas parlé de notre changement d’apparence, mais c’est une réalité. L’opération, les traitements et les médicaments vous transformeront physiquement. Il y aura naturellement votre cicatrice sur la tête, mais il pourrait y avoir aussi une perte de poids ou un gain de poids et bien évidemment la chute de cheveux. Toutes ces transformations feront en sorte que vous vous sentirez moins attirantes. Ici, vous comprendrez que je parle en tant que femme, mais j’imagine aisément que les hommes peuvent ressentir la même émotion. S’habituer à sa nouvelle apparence et retrouver confiance en soi peut prendre un certain temps, de là l’importance d’une bonne communication entre partenaires.

 

Je vous ai parlé précédemment des répercussions des traitements sur notre production d’hormones. En effet, les traitements de chimiothérapies peuvent empêcher la production d’oestrogènes de façon temporaire ou permanente. Vous verrez donc les symptômes de la ménopause apparaitre à savoir les bouffées de chaleur, la sécheresse vaginale, sans compter la possibilité d’ulcères ou d’infections. Tous ces symptômes rendent parfois les relations sexuelles douloureuses, parlez-en avec votre médecin il pourra vous suggérer des lubrifiants à base d’eau ou vous recommander des hydratants vaginaux.

 

Je n’ai pas inclus dans cet article les effets sur notre sexualité lorsqu’on l’on est en traitement de radiothérapie, puisque je n'ai pas reçu ce traitement. A priori, j’aurais tendance à dire que cela s’applique aussi, ne vous gênez donc pas pour parler avec votre oncologue ou l’équipe qui s’occupera de vous. Ils sauront vous comprendre et vous guider.

Ajouter un commentaire

  Country flag

biuquote
  • Commentaire
  • Prévisualiser
Loading