web 2.0

Le bénévolat

 

Je me retrouvais donc libre de mon temps et j'avais besoin de m'occuper, mais surtout, de me sentir utile. Je me suis donc présentée au Centre d'Action bénévole de mon quartier pour voir ce que je pouvais faire comme bénévolat. Je débutai par demi-journée par semaine, au centre lui-même comme réceptionniste, après un mois on me transféra à la mise à jour des dossiers des bénéficiaires ainsi que des bénévoles et au bout de quelques mois, je fus responsable des Appels et Visites d'Amitiés. Il s'agissait d'une part de coordonner les appels et visites d'amitiés entre un bénévole et un bénéficiaire. La clientèle visée étant toute personne désirant briser l’isolement, souffrant de problèmes de santé mentale, de déficience intellectuelle, physique ou sensorielle causée soit par le vieillissement, problèmes de santé ou le réseau social est limité.

 

J'ai aimé m'occuper de ce dossier, je pouvais faire le suivi de chez moi, et ce, à n'importe quelle heure ou presque. J'ai eu la chance de côtoyer des personnes de tout acabit, des jeunes et des moins jeunes, des pauvres et des mieux nantis, des gens en santé et d'autres atteints d'une grave maladie. Bref, tantôt bénévole, tantôt bénéficiaire, l'isolement, la misère humaine, la fragilité des êtres qui étaient dans une situation de privation constante, des êtres frustrés par la discrimination et le harcèlement dont ils étaient victimes, des êtres vulnérables face à la maladie et à la pauvreté. On n'a pas besoin d'aller dans un pays du tiers-monde pour voir tout cela, non juste regarder autour de nous!

 

Qui n'a pas dans son entourage, un parent, une connaissance, un voisin qui vit dans l'isolement. Il faut beaucoup de courage pour sortir de cet isolement quand on est seul et que l'on ne reçoit aucune motivation de l'extérieur. Se créer de nouvelles amitiés suppose une certaine confiance en soi. Communiquer, échanger cela permet d'exprimer des émotions et partager certaines situations difficiles, mais aussi des joies que nous vivons. Bref, cette expérience m'a amenée à ouvrir les yeux et à regarder autour de moi. Un téléphone, une fois par jour à une amie isolée, une visite régulière à une autre dans un CHSLD parce qu'elle souffre de Parkinson, un bonjour et une petite discussion à un voisin que je sais complètement seul. Non pas pour faire du bénévolat en tant que tel, mais juste parce que je sais que cette petite attention peut faire toute la différence dans leur vie et qu'eux font la mienne.

 

Le Bénévolat est une ressource importante au Québec comme partout dans le monde. Que vous soyez jeune ou moins jeune, travailleur ou retraité, quel que soit votre type d'engagement à court ou à long terme, vous vivrez une expérience enrichissante et inoubliable. Vous développerez des aptitudes, vous rencontrez des personnes avec qui vous aurez des affinités. Vous agrandirez votre réseau social, mais surtout, vous apprendrez à mieux vous connaître.

Quand il faut, il faut!

Cela faisait plus de deux ans que j'avais commencé ce programme d'entraînement. J'avais perdu énormément de poids tout en connaissant des moments plateau. Pour ceux et celles qui suivent un régime, vous savez de quoi je parle. Pour les autres, c'est lorsque votre corps décide qu'il arrête de maigrir. Cela peut durer de quelques semaines à quelques mois. On a beau continuer à s'entrainer tout en suivant le même régime ou en réduisant le nombre de calories requis dans une journée, le corps lui reste au même poids. Et malheureusement, celui-ci avait décidé qu'une perte de poids de 70 livres (32 kilos) bien, c'était plus qu'assez. J'avais beau ingurgiter 900 calories par jour, je n'arrivais plus à maigrir et j'étais complètement découragée. Mon frère me proposa donc pour m'aider de créer un site web avec forum de discussion. Il s'agissait d'un site où l'on pouvait retrouver des recettes avec le nombre de calories par portion. À cela, il y avait un forum de discussion ou tous partageaient leurs expériences ou encore s'encourageaient.

 

J'ai eu beaucoup de plaisir à concevoir ce site, j'aurais aimé que des professionnels en nutrition ou en conditionnement physique se joignent à nous, malheureusement nous étions dans les premières années du WEB et jamais nous n'aurions cru à l'essor que prendrait ce médium de communication. Nous avons gardé quand même ce site en ligne un peu plus de deux ans. Durant cette période, j'ai tenté avec mes entraîneurs plusieurs essais pour perdre les quelque 10 kilos que j'avais en surplus, ceux-ci me forcèrent à augmenter le nombre de calories par jour ce qui fait que j'ai effectivement développé une masse musculaire, mais sur la balance j'avais repris du poids. À la fin, j'ai mis fin au site et au programme d'entraînement. Je voulais prendre du recul par rapport à tout cela et voir d'autres issus pour atteindre mes objectifs.

 

Me voilà donc au point de départ, trouver un but à ma vie. Tout au long de ces années, j'avais constaté le manque de ressource pour ceux atteints du cancer et notamment ceux ayant une tumeur au cerveau. Je déplorais qu'il n'y ait pas une plateforme où les gens auraient partagé leurs expériences, s'encourager, s'entraider. Un lieu où jour et nuit, ils auraient pu partager leurs peurs, leurs craintes, leur courage. Oui, il y avait la Société canadienne du cancer qui avec certains ateliers pouvait combler certaines personnes, mais moi, je pensais plutôt à un autre genre de plateforme. Ce n'est pas tout le monde qui veulent ou peuvent s'exprimer en public, certains préfèrent le faire avec une personne seulement ou le faire dans l'anonymat. Je me souviens lorsque je prenais ma chimiothérapie à l'hôpital, combien de fois les gens se sentaient, seul face à cette maladie, combien de fois ils devaient taire leur questionnement ou bien leur peur face à leur entourage. J'ai vu des femmes se retrouver complètement seule devant la maladie, leur conjoint les ayant quittés, parce qu'il était trop difficile pour eux de s'adapter aux changements qui s'opéraient chez elle. J'ai vu la déception dans le regard de ces femmes, j'ai vu et entendu tellement de regret et de désespoir, mais j'y ai aussi vu du courage et de la détermination.

 

J'ai donc décidé d'en parler avec mes médecins qui déconseillèrent une telle aventure, trop difficile émotivement. Évite les émotions fortes, le stress et l'anxiété. J'ai capitulé, croyant qu'ils avaient raison, mais dans ma tête trotte toujours un tel projet. Peut-être, enfin compte, cela débutera-t-il avec ce blogue. On verra ou cela nous mènera, la vie des fois nous fait faire tellement de détours avant d'arriver au but, peut-être parce que tout simplement ce n'est pas le bon moment et que l'on a des expériences à vivre avant d'y arriver!