web 2.0

Cancer du cerveau - De l’espoir pour les Québécois!

MONTRÉAL – Les Québécois atteints d’une forme grave du cancer du cerveau et qui ne se font pas rembourser le puissant et coûteux médicament Avastin par la Régie de l’assurance maladie (RAMQ) ont reçu un appui de taille cette semaine.

 

De passage à Montréal, le Dr Patrick Y. Wen, professeur en neurologie à l’École de médecine de Harvard et directeur du Centre de neuro-oncologie de l’Institut pour le cancer Dana-Farber et du Centre pour le cancer de la Brigham and Women's Hospital, à Boston, a estimé que le Québec devrait suivre les exemples de la Colombie-Britannique et de la Saskatchewan, qui acceptent de rembourser le médicament.

 

Le médicament Avastin, produit par la multinationale pharmaceutique Roche, coûte près de 25 000$ par mois aux patients atteints de cancer du cerveau grade 4 (glioblastome multiforme), la forme la plus agressive de ce type de cancer. La RAMQ refuse de le rembourser.

 

Pourtant, la RAMQ rembourse les traitements à l'Avastin pour les cancers du rein et de l’intestin. Dans certains cas, l’Avastin permet de prolonger de cinq ans la vie des patients. Règle générale, il améliore aussi la qualité de vie.

 

«Avastin a un taux de réponse élevé et augmente la survie sans progression de la maladie chez certains patients. Plus important encore, en réduisant la tumeur cérébrale, Avastin améliore de manière significative l'utilisation de corticostéroïdes des patients ainsi que leur qualité de vie. C'est un médicament bien toléré, avec peu d’effets secondaires, comparé à d'autres traitements», a dit le Dr Wen en entrevue. Les corticostéroïdes sont une médication administrée et utilisée, entre autres, pour les tumeurs cérébrales afin de réduire l'œdème.

 

Le glioblastome multiforme est la tumeur maligne primaire du cerveau la plus fréquente et l’un des cancers les plus difficiles à traiter.

 

«Pour les patients avec un glioblastome récidivant, il y a peu d’options de traitements efficaces. La chirurgie, l’irradiation ou la réexposition à une chimiothérapie standard produisent de minces résultats. Actuellement, le seul traitement efficace pour les patients atteints de glioblastome récidivant est Avastin», a ajouté le Dr Wen.

 

Québec réfléchit

 

Le ministre de la Santé, Yves Bolduc, a récemment demandé une révision de la décision de l’Institut national d'excellence en santé et en services sociaux (INESSS) sur le remboursement d’une série de médicaments dont la valeur thérapeutique est connue et prouvée. Avastin fait partie de cette révision.

 

«L’inégalité persiste encore entre les provinces canadiennes pour l’accès aux traitements contre le cancer», a noté Patrick Y. Wen.

 

«Il ne fait aucun doute que l'Avastin aide les patients atteints de glioblastome récidivant et qu’il devrait logiquement faire partie du programme de soins de ces patients.»

 

Le Dr Wen a été invité au Canada par la firme Roche, qui produit l’Avastin, pour s’adresser à différents hôpitaux sur la prise en charge des patients avec un cancer du cerveau de grade 4, notamment en utilisant Avastin. Il a été rémunéré par Roche pour ses déplacements. Roche cherche à faire rembourser au Québec des médicaments qui le sont déjà dans d’autres provinces.

 

L’INESSS a refusé de commenter, nous renvoyant au ministère de la Santé. La porte-parole du ministère n'a pas répondu à notre demande.

 

Canoe.ca
Patrick White
22/10/2011 13h34